Développement personnel, Mes histoires, Objectif

…je permettrai… je permets… J’ai PERMIS

On dit souvent qu’une réussite doit être récompensée ou fêtée.

On trinque parce qu’on a réussi un nouveau projet. On invite au restaurant ses amis ou sa famille parce qu’on a réussi son examen. On offre un cadeau à son enfant parce qu’il a eu de bons résultats…. La réussite et la récompense sont presque indissociables.

En revanche,  qu’est-ce qu’on fait quand une personne n’atteint pas la réussite, alors qu’elle a fait tout ce qu’elle pouvait pour y arriver…

permis A
Ça y est le jour J va bientôt arriver. Dans deux jours exactement, je vais passer mon examen. Oui, il me reste un dernier grand examen qui est le permis. Depuis que je connais la date de cet examen,  je ressens une douleur dans mon ventre comme des lames d’un blender qui tournent. Cette  semaine, ces lames tournent de plus en plus vite! Oui, je connais cette sensation : elle s’appelle « le stress ».

Depuis une semaine, je suis devenue dépendante des vidéos motivantes : je les regarde et écoute dès que je peux… dans les transports, en promenant le chien et parfois même dans les toilettes… J’essaie de répéter des phrases positives : je vais réussir… Je vais avoir ce permis!

C’est enfin le moment tant attendu. 
La veille, le temps paraît lent,  je révise les vérifications intérieures et extérieures de la voiture.

Moi à moi-même :  Si on me demande de montrer les feux de recul, j’oublie pas de déclencher la marche arrière avant de sortir de la voiture… Si on me demande de parler des clignotants, j’oublie pas les latéraux…

Je révise chaque question… une par une.

Moi à moi-même : Allez courage, ça sera peut-être l’une des dernières épreuves de toute ta vie!

J’ai décidé de ne pas montrer mon stress à l’inspecteur, de ne pas trop l’écouter s’il critique et surtout de conduire comme à mon habitude avec mon moniteur.

Le jour J est arrivé, mon horloge interne me secoue avant que mon réveil sonne. Je me prépare et je vérifie les documents…

Il est 7h du matin, je me dirige vers l’auto-école :  je mets mes écouteurs et je continue à écouter la vidéo de la veille pour me booster. J’entends la voix de Les Brown : 

Then what’s possible for one…it’s possible for me and I’m gonna do it (54:35)

J’attends les autres candidats et mon moniteur devant l’auto école… Je présente mes documents et j’accepte de conduire en allant vers le centre d’examen. Le moniteur nous explique les procédures et nous rassure.

Lui : Thaya, c’est toi qui vas passer en première. 

Moi à moi-même :  Pourquoi moi ? Et pourtant mon nom ne commence pas par un « A ». Peut-être parce que je suis la plus âgée ? Bon, en même temps je préfère ça! Comme ça c’est fait! J’ai pas à attendre jusqu’à 10h! Dieu, Merci!

Arrivés au centre d’examen, l’attente me paraît trop longue. On ressent une tension dans la salle d’attente. 

Eux : Voilà les inspecteurs…

Mon inspecteur et mon moniteur échangent quelques mots… et moi, j’attends à l’extérieur de la voiture, chaque seconde me paraît une éternité.  Et… ils m’appellent. 

Avant d’entrer dans la voiture :

Moi à moi-même : Thaya n’oublie pas, un inspecteur, c’est un humain comme les autres. Concentre toi seulement sur la route!

Je lui dis bonjour, je lui présente ma carte d’identité et ma convocation.

Lui :  Bonjour, je serai votre inspecteur. Vous vous appelez bien Thayap…

Moi : Oui, c’est bien ça.

Lui : Alors, l’examen se déroulera une vingtaine de minutes, je vous guiderai la première partie, ensuite il y aura une phase en autonomie, Il y aura également des manoeuvres à faire et quelques questions théoriques à la fin. Si vous ne comprenez pas n’hésitez pas à m’interrompre et me demander. Je vous  répondrai… Est-ce que vous avez des questions ? 

Moi : Non, pas de questions particulières.

Lui : Alors, quand vous voulez! On peut démarrer…

Ca y est… c’est le moment…

Moi : Est-ce que tout le monde est bien attaché ?

Eux : Oui!

Moi : Les portes sont bien fermées, Il n’y a pas d’anomalies sur le tableau de bord…On peut aller.

Moi à moi-même : Je déteste ces phrases qui ne sont pas naturelles!

J’ai réussi plus ou moins à démarrer, à mettre le clignotant et à sortir de ce parking… Mais… Comment sortir de ce centre d’examen tout étroit. En plus,  il faut regarder dans le miroir d’en face, caché à moitié par les branches d’arbres. Il m’aide un peu. Et soudain, je prends les deux voies au lieu d’une seule pour tourner et sortir de ce maudit centre d’examen… Ca y est! Une première bêtise! Je tremble de partout, je perds tous mes moyens, je parle toute seule pour calmer ma nervosité… Je confonds les pédales, je me trompe de vitesse… Je me perds… Je ne sais plus conduire.

Lui : Bon Mademoiselle… on arrête le cinéma et on se concentre…

Moi à moi-même : Madame! Pas mademoiselle et j’ai bientôt 29 ans…

Mon autre moi : Purée! Thaya, n’écoute personne! Conduis comme d’habitude! C’est tout! 

Après quelques minutes…

Lui : Mademoiselle, on va pas passer toute la matinée ici, on met un peu de dynamisme ?

Moi à moi-même : Ah! Il m’énerve avec son « mademoiselle ».

Moi : Oui…

Je change de vitesse, je continue à rouler.

Lui : A droite!

Moi :  Oui…

Lui : A gauche, avec plus de dynamisme s’il vous plaît!

Moi :  : D’accord!

Lui : Vous empruntez le tunnel qui est en face de vous, s’il vous plait,

Moi : D’accord….

Je vois plusieurs voitures au loin, je m’apprête à entrer sous le tunnel…

Lui : STOOOOOOOOP!

Moi à moi-même :  Qu’est-ce qu’il y a ? NoooOOoooon! S’il vous plaît! Pas ça! Pas les pédales! Pourquoi les pédales ? 

Lui : Vous avez vu quoi comme panneau Mademoiselle ? 

Moi à moi-même : Il y a un panneau ici ? Il sort d’où?  Je l’ai jamais vu!

Je me retourne…et je vois :  

Panneau-Priorite-la-circulation-en-sens-inverse-Europ-B15EU

Moi à moi-même : Purée! Depuis quand ils ont implanté celui-là ? Je suis passée par là plusieurs fois, je l’ai jamais remarqué! Et en plus, il y avait aucune voiture en face! Pourquoi ils ont tous décidé de passer par là aujourd’hui,  à 8h du matin? 

Je vois tout mon espoir s’effondrer. Je soulève ma tête et j’aperçois mon moniteur à travers le rétroviseur central qui bouge la tête horizontalement et j’ai compris : 

Moi à moi-même : Ca y est! C’est mort!

Après ce tunnel, j’enchaine les bêtises sur bêtises. Mes bras sont devenus lourds…Ma tête ne m’écoute plus.

Moi à moi-même : J’aurai pas aujourd’hui ce permis… Je vais rentrer les mains vides et la tête pleine.

Etrangement, le temps passe plus vite… je réponds correctement à mes questions théoriques,  mais je sais c’est trop tard…  

Moi à moi-même : No Les brown! It’s not possible today, I’m broke and broken.

Je sors de la voiture, je le remercie mais je n’entends plus ma voix. Je vais devoir attendre 48 heures pour recevoir une réponse… qui va être négative… Mes pieds s’éloignent de la voiture et s’approchent d’un mur. Je me laisse glisser le long du mur, pour m’asseoir par terre…

Moi à moi-même Attendez! Je viens de faire ce mouvement-là ?

Le mouvement que j’ai toujours critiqué dans les films :  quand un personnage est triste, il s’enferme dans une chambre et il se glisse le long de la porte pour atteindre le sol tout en pleurant… Et aujourd’hui je fais la même chose et j’ai le regard vide…

Moi à moi-même : Je peux plus revenir en avant ? Mais, il est peut-être très gentil cet inspecteur, il me fera peut-être une surprise? Il va peut-être me mettre un favorable ?

Mon autre moi  : Tu vis dans quel monde ? Tu crois qu’il va accepter une dangereuse comme toi ? Y a pas assez d’accidents de voiture  comme ça? T’as vu ce que t’as fait? C’est dangereux!

Moi à moi-même : Mais tu sais bien que je ne conduis pas comme ça, d’habitude! C’est le stress qui m’a transformé.  

Mon autre moi  : Ca veut dire que tu vas te paniquer quand il y aura une situation inattendue ? Tu sais pas encore gérer tout ça. Tu n’es pas encore prête… 

Je reste là…assise… pendant 10 mins, sans bouger, à laisser les deux se débattre…dans ma tête et à continuer à regarder dans le vide…

Et soudain, je me rends compte qu’un garçon m’observe depuis le début… C’est sûrement un prochain candidat de l’examen. Avec toute la gentillesse du monde, il me regarde avec un air désolé.

Lui : C‘est pas grave, c’est pas la mort…

Moi à moi-même : Pitié, j’apprécie énormément ce que tu dis… mais s’il te plaît, ne va pas plus loin! Je suis au bout de mes limites et je suis très sensible. Je sens que je vais craque…Oh non! Ca m’arrive! Ca y est je suis entrain de pleurer devant un inconnu…

Je me lève discrètement… je m’éloigne… loin de ce mur, de ce gentil garçon, de ce parking…

Je ne sais plus comment me consoler. J’expire et j’inspire le plus fort possible. J’essaie de me calmer… de penser à autre chose. Je marche sur place… Je regarde le ciel…

Après quelques minutes, je décide d’appeler mon mari…

Moi : Allô…(ma voix tremble)

Lui : Rebonjour! Comment ça va Thayla-Kouyla ?

Moi : ça va!

Lui : Non, on dirait pas!

Je lui raconte ce qui s’est passé…

Lui : Bon,  c’est pas grave… ça sera pas pour aujourd’hui, Ca va être bon pour la prochaine fois… T’inquiètes pas. Tu es toujours au centre d’examen ? On se voit à midi ?

Moi : Non j’irai direct au travail… ça va me changer les idées…

Lui : Mais non, on avait dit qu’on allait faire un restau…

Moi : Oui, mais… si j’ai réussi… Je voulais t’apporter la victoire aujourd’hui et fêter ça avec toi… Mais, je suis fatiguée par tous ces efforts et par toutes ces préparations mentales… Ca m’a épuisé…et au final… j’ai échoué!

Lui : Bah, justement! Pourquoi on doit annuler le restaurant ? On va justement récompenser tout tes efforts! Je sais comment elle a travaillé dur cette Thaya. On fêtera ses efforts aujourd’hui et sa victoire bientôt. J’ai envie de lui faire plaisir… et de me faire plaisir. Donc RDV à midi comme prévu!

Après quelques bons arguments, il a fini par me convaincre…

Depuis j’ai adopté la méthode :

Récompenser chaque effort, même si l’objectif n’est pas atteint.

Et trois mois plus tard, on m’annonce une nouvelle date. Pour moi, ça sera une nouvelle occasion, une nouvelle vidéo motivante et surtout une nouvelle philosophie…

statut effort récompense

J’y vais donc beaucoup plus apaisée… Je veux récompenser tous mes efforts que j’ai fournis pour cette épreuve non pas par un restaurant, mais par une petite victoire! Je veux avoir ce permis. Je sais que je peux la mériter, je me sens confiante…

Arrivée à nouveau dans ce même centre d’examen, tout se passe plutôt bien : je ne fais plus de cinéma… Je ne roule que sur une seule voie… Je fais correctement les manoeuvres demandées et je réponds aux différentes questions théoriques. 

Je montre ce que je peux faire.. je suis assez satisfaite… Je sors de la voiture  avec un petit sourire aux lèvres. Et, je vois en face de moi… une fille assise au même endroit que moi, avec ce même regard… vide… J’ai envie de la prendre dans mes bras et de lui dire que ce n’est pas grave… c’est juste un examen… Je veux lui dire « Bravo » pour ce qu’elle a fait aujourd’hui, pour ses efforts! Mais, quelque chose me retient :  je ne lui dis rien, je ne veux surtout pas toucher sa sensibilité. Je m’éloigne…

Après 48h et après un voyage inoubliable en Angleterre, je reçois la case colorée :

favorable pemris

and, yes Mr Les brown 

permis victoire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s